Service public fragilisé, personnels insécurisés

| popularité : 1%
L’Unsa appelle à la grève et à la manifestation le 9 mai pour dénoncer la politique d’affaiblissement des services publics sur laquelle le gouvernement s’arc-boute alors que l’ensemble des organisations syndicales rejette le projet de loi sur la Fonction publique.
 

Le projet de loi prévoit le recours au contrat sur des emplois permanents. Pour le SE-Unsa, c’est la ligne rouge qu’il ne faut pas dépasser.
Que le recours au contrat serve d’ajustement, c’est inévitable afin de pouvoir s’adapter et répondre à la nécessité notamment d’avoir un enseignant devant chaque élève. Cependant, généraliser ce type de recrutement aura des effets sur l’efficience du Service public d’éducation. En effet, les métiers d’enseignant, de conseiller principal d’éducation, de psychologue, sont des métiers qui nécessitent de se projeter sur un temps long.
Contractualiser à outrance, sans formation et sans visibilité sur son avenir pour l’agent, comme c’est le cas aujourd’hui, fragilisera le Service public d’éducation avec de trop nombreux personnels qui se sentiront insécurisés.

Au regard de la « durée de vie » d’un ministre dans son ministère, c’est peut-être bien cela le problème : la projection sur le long terme. Et pourtant, l’éducation a besoin de temps !

Le gouvernement fait le choix d’affaiblir la Fonction publique ? Opposons-lui la force de notre collectif !
Le 9 mai, soyons déterminé·e·s pour le Service public d’éducation et ses personnels.
Avec le SE-Unsa, toutes et tous en grève !