Sport à l’école et JO 2024 : un "bon plan" ?

| popularité : 1%
Surfant sur l'attribution des JO 2024 à la ville de Paris, le ministre de l'Éducation nationale a profité de la Journée nationale du Sport scolaire pour présenter son plan "Horizon 2024" pour le "sport à l'école", sans jamais utiliser le terme complet Éducation physique et sportive.
 
M. Blanquer a prétexté de cette journée pour dérouler son projet : création d'une filière "métiers du sport" au lycée, création de 1000 sections sportives supplémentaires, création dès la rentrée 2018 d'un label "Génération 2024" pour les établissements entrant dans une logique de sport de haut niveau, formation de 10 000 jeunes officiels (arbitres, reporters, secouristes, ...) pour participer à l'encadrement des JO 2024...

Pour lui, l'École a vocation à recruter dès l'école primaire les acteurs du sport de demain.

Si le SE-Unsa se réjouit, comme la majorité des citoyens français, d'accueillir les jeux olympiques et paralympiques 2024, s'il voit d'un très bon œil la dynamique que ces JO vont créer pour les fédérations du sport scolaire, il affirme que les valeurs de l'olympisme, seules, ne font pas le quotidien de tout enseignant ou tout élève.

La mission de l'école est avant tout d'enseigner l'Éducation physique et sportive où maîtrise, responsabilité, organisation de son travail personnel, langage du corps, … sont les garants de la place importante accordée à l’élève, ses compétences et son projet personnel.

Le SE-Unsa ne laissera pas une vision élitiste de la pratique sportive à l'école mettre en péril l'EPS, le sport scolaire et ses fédérations (UNSS et Usep).

Paris, le 29 septembre 2017
Stéphane Crochet
Secrétaire général

Contact presse : Brigitte Biardoux
01.44.39.23.93