Suicides à l’Éducation nationale : mettre fin au tabou

| popularité : 1%
L’émotion est vive dans la profession enseignante après le suicide d’un collègue professeur des écoles du Val d’Oise après avoir appris qu’une plainte avait été déposée contre lui par une mère de famille.

Le SE-Unsa s’associe à l’hommage rendu au collègue et apporte toute sa solidarité à sa famille, à ses proches, à ses collègues, aux élèves de l’école et à leurs familles.

Ce drame rappelle à tous que le métier d’enseignant est un métier humain, une profession d’humains engagés au quotidien dans des relations humaines, dans une société sous tension et de plus en plus procédurière. À n’en pas douter, les professionnels de l’éducation sont aujourd’hui insécurisés. Le SE-Unsa demande au ministère, notre employeur, de se saisir enfin de ce constat d’une profession fragilisée.

Le SE-Unsa demande au Comité ministériel d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail de ne plus éluder le terrible des sujets des suicides à l’Éducation nationale :

  • Les chiffres nationaux doivent être rendus publics.
  • Les causes et facteurs doivent être analysés.
  • Une procédure de prévention doit être construite et déployée.
  • Des dispositifs de médiation doivent être mis à disposition de tous.

Le SE-Unsa réitère également la demande d’une véritable médecine du travail dans l’Éducation nationale, d’une gestion des ressources humaines capable d’être aux côtés des collègues et d’un travail sur la cohésion des collectifs de travail. Le syndicalisme a également son rôle à jouer et le mieux-être au travail est au cœur de l’action du SE-Unsa.