Temps de service des PE : le décret enfin modifié

| popularité : 2%
Le ministère travaille à la réécriture du décret concernant les obligations de service des enseignants du 1er degré. Pourquoi ? Il s’agit de mettre à jour règlementairement plusieurs dispositions (et notamment la répartition des 108 h), actuellement déclinées dans une simple circulaire de 2013.

Le SE-Unsa a fait valoir plusieurs points auprès du Ministère lors d’un groupe de travail.

Les 108 h

Le SE-Unsa a demandé que la notion de forfait apparaisse clairement dans ce nouveau texte. Il est important d’acter règlementairement la forfaitisation des 48 h (24 h de concertation et 24 h de préparation des APC) pour éviter toute volonté de contrôle pointilleux de nos horaires. Pour le SE-Unsa, ces heures doivent être utilisées par les collègues avec la confiance des IEN, sans comptabilisation tatillonne. Il est fondamental que cette forfaitisation soit inscrite dans un décret, et non une simple circulaire.

Les missions particulières

Le SE-Unsa a également évoqué la nécessaire prise en compte dans ce décret des collègues affectés sur des missions particulières (animateurs TICE, langues, sciences…) tant sur le plan du temps de service que sur le plan indemnitaire. Sur la question indemnitaire, un texte est en préparation pour reconnaître ces missions particulières.

Rythmes

Le décret vise aussi à régulariser règlementairement la situation des collègues affectés dans des écoles fonctionnant sous le décret Hamon, avec des semaines en dessous des 24 h. En effet, dans ces écoles, les collègues récupèrent les heures sur les vacances, et effectuent donc plus de 36 semaines devant les élèves.

Une première étape : il faut aller plus loin dans la reconnaissance du métier

Pour le SE-Unsa, cette consolidation dans un décret de l’aspect forfaitaire des 48 heures est fondamentale. Pour autant la question du temps de travail des professeurs des écoles reste posée. Chacun est conscient qu’il ne se limite pas aux obligations réglementaires et que le temps de préparation, d’évaluation de suivi des élèves s’y rajoute de façon différenciée (nos propositions sur le temps de de service ici). Cette reconnaissance passe par une revalorisation salariale conséquente et par un plan de montée en charge de l’ISAE. C’est ce que nous porterons dans le cadre des négociations qui vont s’ouvrir.