Trois idées fausses sur la réforme du collège

| popularité : 1%
Avec la réforme du collège, les DHG vont baisser...
FAUX !


Jusque-là, la dotation de base pour une cohorte complète (de la 6e à la 3e) était de 110,5 heures.
Dans la nouvelle grille, elle est de 115h à la rentrée 2016 et 116 à la rentrée 2017 (soit 2 x 2000 postes).

Pour un collège de 16 classes (quatre par niveau), en prenant en compte la transformation des options, l’augmentation représente l’équivalent d’un demi-poste supplémentaire.

Cette dotation est le volume minimum dû à chaque élève. Comme actuellement, elle pourra être abondée en fonction des caractéristiques de l’établissement (Éducation prioritaire, rural, bilangues…)

Avec la réforme du collège, les groupes vont disparaître...
FAUX !

Actuellement, dans les grilles horaires, il n’existe sur l’ensemble du collège que 2 h dédoublées.
Elles sont attribuées aux Sciences physiques, aux SVT, à la Technologie et au Français avec 0,5h chacune.
Tous les autres dédoublements qui peuvent exister relèvent de décisions locales.

Dans le nouveau collège, le volume de marge sera de 12h (en moyenne 3 heures par classe). C’est une très nette augmentation des possibilités offertes. Pour un collège de 16 classes, c’est 48 heures disponibles.  Ces moyens de dédoublement pourront être répartis entre les niveaux là où les enseignants le jugent le plus pertinent.

Le SE-Unsa a porté un amendement pour garantir des groupes en SVT, Physique et Techno. Le ministère n’a pas retenu l’amendement mais a accepté de traiter le sujet dans la circulaire. Le SE-Unsa reste vigilant sur cette question.

On sera obligé de faire des EPI pour garder nos heures...
FAUX !

Les EPI et l’AP sont inclus dans les horaires disciplinaires. C’était une demande du SE-Unsa pour sécuriser les postes.
Dans tous les cas, EPI, ou non, les élèves auront le même nombre d’heures dans chaque discipline.

En pratique, les EPI seront une modalité particulière sur un temps dédié pour traiter une partie de programme des différentes disciplines.
Sur les 3 années du cycle 4 (5e, 4e, 3e), les élèves devront participer au moins à 6 EPI.
L’attribution et les modalités devront être décidées par les équipes dans les établissements.
Tous les élèves d’un établissement devront disposer du même nombre d’heures d’EPI et d’AP.
Toutes les disciplines pourront contribuer aux EPI.
Les marges heures-profs peuvent être utilisées en partie pour co-animer certains EPI.