UNSS : une refondation s’impose

| popularité : 3%
La Cour des comptes vient de rendre public son rapport sur l’UNSS. Il est particulièrement critique, pointant du doigt une organisation coûteuse, peu efficace, aux missions imprécises et sans réel suivi. Le ministère de l’Éducation nationale, seule tutelle de l’UNSS, doit impérativement fixer des objectifs ambitieux au sport scolaire et définir précisément les missions de l’ensemble des intervenants.

Ce rapport pointe aussi des faiblesses concernant le fonctionnement des instances de l’UNSS, une gestion peu rigoureuse et l’absence trop souvent constatée du sport scolaire dans les projets d’établissements.

Ce rapport tombe à pic. À l’heure de la Refondation de l’École de la République, le sport scolaire doit trouver toute sa place dans le débat sur les rythmes scolaires.

Pour le SE-Unsa, plusieurs questions se posent :
- Le forfait 3 heures reste-il pertinent ?
- Quelles sont les attentes des enseignants d’EPS pour l’animation et l’encadrement de l’UNSS ?
- Quelle évaluation des enseignants pour la pratique de l’UNSS ?
- Quel rôle pour le chef d’établissement ?

Le SE-Unsa, deuxième organisation représentative, porte ces questionnements dans l’UNSS et auprès de la profession depuis de longs mois.

Ils ont d’autant plus d’acuité que la Cour des comptes pointe le fait que la pratique du sport scolaire repose sur une simple note de service datant de 1987.

La prochaine assemblée générale de l’UNSS, fin septembre, devra non seulement débattre du diagnostic sévère de ce rapport, mais surtout, travailler à des propositions concrètes pour promouvoir et développer le sport scolaire.

Pour le SE-Unsa, un des leviers du changement pourrait être l’intégration des professeurs d’EPS dans le corps des certifiés.

Communiqué de presse

Paris, le 11 septembre 2012

Christian CHEVALIER
Secrétaire Général

Contact presse : Brigitte Biardoux 01 44 39 23 93 brigitte.biardoux@se-unsa.org