Réforme Voie pro : projets de programmes en mathématiques et physique-chimie

| popularité : 1%
Un premier groupe de travail sur les programmes de mathématiques et de physique-chimie s’est réuni le 13 février, sous l’égide de la Dgesco. L’inspectrice générale coordonnatrice du groupe d’experts ayant travaillé sur le programme de mathématiques était présente pour répondre aux questions des organisations syndicales présentes, dont le SE-Unsa.
 
 
Généralités
 
Les programmes tiennent compte de la nécessaire continuité 3e/2de et de la possibilité de poursuite d’étude CAP/Bac pro et Bac pro / STS.
 
L'abaissement horaire a conduit au retrait de certaines notions, soit parce qu’elles étaient désuètes ou devenues inutiles depuis le développement des TICE.
 
 
Des regrets partagés
 
Pour les programmes de bac pro, la consultation ne portait que sur les programmes de seconde. Sans connaissance des projets pour le cycle terminal, il est difficile de se prononcer. L’inspection générale s’est réfugiée derrière le calendrier précipité imposé par le ministre. Le temps a manqué pour terminer le travail. On peut le regretter.
 
 
Les débats
 
Le programme de mathématiques, en cohérence avec ceux des cycles 2, 3 et 4, insiste beaucoup sur l’acquisition d’automatismes par les élèves. La liste non exhaustive de techniques à maîtriser mentalement paraît fort longue. On pourrait simplement parler d’exemples.
 
Les exigences en CAP paraissent ambitieuses, que ce soit en mathématiques ou en physique-chimie. Les experts connaissent-ils vraiment les difficultés des élèves accueillis dans certaines sections ? On peut en douter.
 
L’introduction de l’algorithmique en mathématiques et la demande forte d’utilisation des TICE va se heurter inévitablement à la pauvreté de l’équipement de certains lycées, d’autant plus que les autres disciplines générales sont aussi concernées.
 
L’écriture des programmes de mathématiques et de physique-chimie par deux groupes d’experts séparés donne l’impression de nier la bivalence des PLP. Dommage !
 
 
Pour le SE-Unsa, les collègues ne devraient pas être désarçonnés par ces programmes. Il n’empêche que le manque d’information sur les projets à venir pour le cycle terminal et la précipitation dans  laquelle ils se construisent ne sont pas de nature à les rassurer quant aux objectifs de la réforme.