Découvrir le métier de CPE...

| popularité : 1%
La CAPN traitant des demandes de détachement s’est réunie au ministère le jeudi 1er juin.

Le nombre global de candidatures s’élève à 29, soit 5 de plus que l’an passé à la même époque.

Les dossiers remontés à la DGRH proviennent de 13 académies différentes : AMIENS, BESANCON, BORDEAUX, CAEN, CRETEIL, DIJON, GRENOBLE, GUADELOUPE, MONTPELLIER, ORLEANS TOURS, PARIS, POITIERS et RENNES.

Après examen individuel des candidatures et avis des organisations représentatives, les services du ministère ont décidé de valider 21 demandes pour la rentrée 2017 :

- 19 femmes et 2 hommes

- 12 certifiés enseignants issus de 10 disciplines différentes

- 4 professeurs des écoles

- 2 professeurs de lycées professionnels

- 1 professeur d’EPS

- 1 attaché de la fonction publique territoriale

- 1 éducateur PJJ

Parmi les 8 dossiers non validés, 7 ont reçu un avis défavorable et 1 a été mis en attente.

Pour le SE-Unsa, la mobilité fonctionnelle est un droit à diversifier et à enrichir son parcours professionnel. Durant la période probatoire, les collègues sont évalués professionnellement par le chef d’établissement et l’IA-IPR-EVS avant d’envisager une intégration définitive dans le corps.
 
C’est pourquoi nous considérons qu’imposer le critère de faire fonction de CPE avant de présenter une candidature, comme le préconise l’organisation syndicale majoritaire, va à l’encontre de l’esprit de la loi de 2009 et crée des inégalités sur le territoire.
 
Nous préférons faire confiance au projet de nos collègues et favoriser les passerelles : certains rectorats s’opposent aux demandes de faisant fonction et les collègues se trouvent dans l’incapacité de faire valoir cette expérience lors de leur candidature.
 
Pour le SE-Unsa, il n’y a pas de hiérarchie à créer entre des lauréats de concours et des collègues détachés. Tous participent au renouvellement de notre corps et la composition pluri-catégorielle de la profession est une chance pour la profession.