Carte scolaire 2021 : le ministère échoue au test d’arithmétique

| popularité : 2%
Les décisions annoncées par le ministère de l’Éducation nationale ignorent la réalité des effectifs et présentent une grande incohérence.
 
Alors, que les effectifs continuent de croître dans le second degré (+ 43 518 élèves), le ministère supprime 1 800 postes en les compensant par l’équivalent de 1 847 emplois en HSA.
 
En revanche, le ministère sanctuarise le 1er degré avec une dotation ambitieuse (+ 2 439 emplois) pour répondre aux défis de l’école primaire dans un contexte de diminution importante des effectifs (- 73 119).
 
 
Second degré : des choix budgétaires qui sont un non-sens
 
Ces principales mesures budgétaires sont déjà connues et la communication de la répartition par académie ne peut pas corriger la décision de la représentation nationale de dégrader délibérément les conditions d’enseignement dans le second degré.
 
C’est un choix politique qui refuse ostensiblement de prendre en compte l’évolution démographique pour s’éviter d’assumer les recrutements nécessaires aujourd’hui, au seul motif que les baisses d’effectifs dans le premier degré, finiront par atteindre le second degré.
Cet argument n’est pas recevable. En effet, les moyens prévus au budget 2021 ne feront qu’accentuer la mise sous tension des établissements. La suppression de 1 800 postes et leur compensation par 1 847 emplois en HSA est un choix qui complexifie l’organisation des établissements, fait obstacle au fonctionnement des collectifs pédagogiques, ajoute de la pression pour des personnels surchargés et à la limite de la rupture. 
 
Le SE-Unsa dénonçait déjà ce choix politique et budgétaire l’an passé. Les choix ont un prix pour le second degré : celui des conditions d’apprentissage pour les élèves et celui des conditions de travail pour les personnels.
 
 
Premier degré : un rattrapage à petits pas de décennies de négligence
 
Pour le SE-Unsa, cette dotation de 2 439 postes est une bonne nouvelle car elle donne quelques perspectives d’amélioration et va permettre de débuter enfin l’amélioration du régime de décharge des directeurs et directrices.
 
Cependant, même si le contexte démographique est favorable, cela ne suffira sans doute pas pour mettre en œuvre d’autres mesures tout autant nécessaires : poursuite des dédoublements en grande section en Rep et Rep+, limitation à 24 élèves du nombre d’élèves en grande section, CP et CE1, renforcement des Rased, création de postes d’enseignants référents, moyens nécessaires à la coordination des Pial…
 
 
Carte scolaire 1er degré :
Carte scolaire 2nd degré :
 
Lire aussi :