Carte scolaire : consolider les décharges de direction

| popularité : 1%
Les opérations de carte scolaire sont actuellement en discussion. Suite aux annonces du ministre, qui a déclaré qu’il n’y aurait « aucune fermeture de classe en milieu rural à l’école primaire sans l’accord du maire », le SE-Unsa est particulièrement vigilant à leurs conséquences sur les postes « hors de la classe » tels que les Rased et remplaçants, mais aussi sur les décharges de direction, en particulier pour les écoles d’1 à 3 classes.

Les négociations sur la direction d’école sont aujourd’hui à l’arrêt. Il est pourtant nécessaire que ce dossier soit remis à l’ordre du jour de l’agenda social dès la sortie de la crise sanitaire que nous traversons actuellement. Le ministère doit améliorer les conditions de travail des directrices et directeurs d’école. Le temps de décharge de direction en fait partie, et pour le SE-Unsa, il doit être augmenté pour tous dès la rentrée prochaine.
 
Pour le SE-Unsa, les annonces du ministre de l’Éducation nationale doivent s’accompagner de moyens supplémentaires (voir aussi notre article Annonces carte scolaire : pour le SE-Unsa, il faut des moyens supplémentaires). Il serait inacceptable qu’elles soient financées par une récupération de moyens sur les postes « hors de la classe », tels que les postes de Rased et de remplaçants, ou encore sur les décharges de direction.
 
En attendant que le chantier de la direction d’école puisse connaître des avancées concrètes, il est indispensable que la sécurisation des décharges de direction soit assurée dans tous les départements. Ainsi chaque Dasen doit veiller à :
  • Prendre en compte chaque dispositif Ulis comme une classe supplémentaire pour le calcul de la décharge de direction de l’école.
  • Prendre en compte les GS, CP et CE1 dédoublées comme des classes supplémentaires pour le calcul de la décharge de direction de l’école en éducation prioritaire.
  • Identifier des moyens dédiés pour les décharges de direction de toutes les écoles de 1 à 3 classes : postes de remplaçants, postes de titulaires de secteur, compléments de postes fractionnés… Ces journées de décharges de direction doivent faire l’objet d’un calendrier établi à l’avance et ne doivent pas être annulées par manque de remplaçants.

Les décharges de direction ne peuvent pas faire les frais des nouvelles annonces du ministre relatives à la carte scolaire. Il s’agirait d’un manque de reconnaissance d’autant plus incompréhensible en cette période de crise sanitaire où le rôle des directrices et directeurs d’école est encore une fois primordial. Localement comme nationalement, le SE-Unsa les accompagne et agit pour s’assurer que les mesures réglementaires soient appliquées partout.

Retrouvez les propositions du SE-Unsa pour la direction et le fonctionnement de l’école dans cet article : https://enseignants.se-unsa.org/Direction-d-ecole-les-propositions-du-SE-Unsa