Chantier revalo-retraites : atelier 2d degré « fonctionnement des collectifs pédagogiques »

| popularité : 5%
L’atelier du 5 février a été consacré à l’amélioration du fonctionnement des collectifs pédagogiques.
Identification des besoins ? Amélioration de la qualité de vie au travail ? Amélioration de la qualité du service public ? Les objectifs explicites étaient multiples...
 
Pour le SE-Unsa, il a été surtout question de montrer le travail qui se fait et les besoins en temps et moyens pour reconnaître et faciliter ce travail.
 
Les thèmes proposés à la réflexion par le ministère étaient les suivants :
  • le travail des professeurs dans un projet d’établissement,
  • le travail dans le cadre des collectifs,
  • le travail collectif au plan de l’organisation pédagogique,
  • le collectif entre les établissements,
  • les relations entre les établissements et leurs partenaires externes.
L’avis du SE-Unsa

Inscrire la réflexion sur l’exercice du métier dans le cadre de la revalorisation et des retraites et dans un climat de défiance extrême ne permet pas d’aborder sereinement cette question importante.
Nous l’avons dit à nos interlocuteurs : il ne peut pas être question de « contreparties » à une revalorisation indispensable et méritée.

Le SE-Unsa a exprimé son attachement au travail collectif dans les établissements, au projet d’établissement qui doit traduire l’autonomie et la responsabilité pédagogique des équipes dans le respect du cadre national. Il demande que les DGH et  les marges d’autonomie soient suffisantes pour que les équipes ne soient pas contraintes à « gérer la pénurie » et à arbitrer des régressions.
Il a rappelé le nombre très important de réunions institutionnelles auxquelles participent déjà tous les enseignants et demander que celles-ci soient mieux préparées, mieux cadrées, mieux planifiées. Il a également rappelé que les enseignants travaillent collectivement de manière plus informelle et volontaire (projets choisis, échanges professionnels sur les réseaux sociaux,…)
Pour que les collectifs fonctionnent, il leur faut du temps, des ressources et une formation continue de qualité.
La multiplication des heures supplémentaires, l’alourdissement de la charge de travail conduisent à une moindre disponibilité des collègues. Réduire leur charge de travail individuelle est indispensable pour faciliter le travail collectif. C’est pour quoi nous demandons sa prise en compte dans le temps de service. Il faut aussi pouvoir organiser les emplois du temps pour libérer des plages communes. Pour cela, il faut éviter les dispositifs pédagogiques très contraignants qui demandent des alignements massifs.
Les coordonnateurs pédagogiques (de discipline ou de projet/dispositif) sont des facilitateurs indispensables. Nous demandons que le nombre d’IMP soit augmenté significativement pour les reconnaître et la possibilité de les convertir en décharge.
Enfin, nous sommes favorables à une formation continue de proximité (au sein des établissements mais aussi des bassins) pour soutenir et accompagner la réflexion des collectifs pédagogiques.
 
Le SE-Unsa continuera à s’emparer des différentes réunions qui s’ouvrent dans le chantier de la réforme des retraites pour porter ses exigences pour l’ensemble des personnels.

>> Tout savoir sur les chantiers concernant les enseignants du 1er degré qui font l’objet de travaux parallèles dans le cadre de l’agenda social.
>> Retrouvez le calendrier des réunions