DNB 2021 : il faut annuler les épreuves terminales !

| popularité : 1%
La crise sanitaire n’en finit pas de s’étendre sur l’ensemble de l’année scolaire et elle a eu des conséquences différentes pour les élèves selon les régions dans lesquelles ils se trouvent : classes fermées, élèves et personnels en situation d’isolement, confinements locaux…La fermeture des établissements avant et après les vacances du printemps renforce la nécessité de prendre rapidement des décisions concernant les examens de fin d’année.
Pour le SE-Unsa, il faut, comme l’an dernier, délivrer le brevet sur la base du contrôle continu pour que la fin de l’année soit sereine et utile tant pour les élèves que pour les personnels et pour assurer l’égalité de traitement des élèves sur tout le territoire.
 
Utiliser le contrôle continu comme l’an dernier
 
Les épreuves terminales du diplôme national du brevet ne peuvent pas permettre, cette année, d’assurer des conditions d’égalité entre les élèves : des ajustements de programmes et de sujets ne peuvent pas prendre en compte les absences des élèves cas contact, dont les classes ont fermé, dont les professeurs ont été malades, ou qui se trouvent dans des académies confinées, comme à Mayotte.
Plus largement, les élèves et les personnels ont vécu une année difficile, marquée par la tension de la société, les protocoles sanitaires contraignants et le stress d’un monde bouleversé, et notre ministère doit le prendre en compte. Cette situation s’aggrave début avril avec la fermeture prévue des établissements.
 
Le choix du contrôle continu doit être fait dès maintenant pour permettre aux établissements de consacrer la fin de l’année aux apprentissages et donner plus de temps à l’accompagnement des élèves en difficulté.
 
L’an dernier, les moyennes annuelles des disciplines évaluées au brevet ont été utilisées, alors que de nombreux établissements fonctionnent sans notes ce qui a mis en difficulté certaines équipes.
 
L’avis du SE-Unsa
Pour le SE-Unsa, le positionnement des élèves sur les différentes composantes du socle devrait permettre de délivrer le brevet, en donnant plus de temps aux équipes pour organiser les conseils de classe qui assurent ce positionnement.
 
Et si on supprimait les épreuves terminales du DNB ?
 
L’an dernier, grâce au recours au contrôle continu, les collèges ont pu assurer l’accueil des élèves tout au long du mois de juin. Une vraie reconquête !
 
Depuis la mise en place de nouveaux programmes disciplinaires organisés autour du socle commun de connaissances, de compétences et de cultures en 2016, les épreuves du DNB, dont la définition changeait quasiment tous les ans, apparaissaient déconnectées, en décalage avec l’esprit interdisciplinaire des différentes composantes du socle.
 
L’avis du SE-Unsa
Pour le SE-Unsa, la crise sanitaire est l’occasion de franchir une étape supplémentaire dans l’évaluation des élèves au collège.

Est-ce intéressant de reproduire le modèle d’un mini-bac alors que le travail d’équipe entamé depuis 2016 a permis d’ébaucher des échelles de positionnement des élèves qui permettent de définir un nouveau modèle d’évaluation de fin de collège ?
 
Concernant l’oral du brevet, il pourrait être neutralisé dans la mesure où les compétences évaluées le sont aussi dans le cadre des positionnements sur le socle. La fin de l’année, incertaine avec la crise sanitaire, pourrait rendre difficile sa préparation et son organisation dans les établissements. L’implication des personnels et des élèves dans la préparation de cet oral doit toutefois être prise en compte dans le positionnement sur les domaines du socle.
S'inscrire à la Lettre du SE-Unsa

Navigation