Direction d’école : les propositions du SE-Unsa

| popularité : 1%

 

Pour le SE-Unsa, la direction d’école a besoin de mesures permettant d’améliorer les conditions d’exercice des directrices et directeurs afin de construire les évolutions fonctionnelles et structurelles du XXIe siècle.
 
L’année scolaire dernière n’a eu de cesse de démontrer le rôle primordial joué par les directrices et directeurs, que ce soit dans le quotidien de l’école ou dans les situations de crise. Avec eux le SE-Unsa alerte depuis des années sur l’urgence à apporter des solutions afin de faciliter l’exercice d’une fonction qui s’alourdit toujours plus au fil des ans.
 
La direction d’école a besoin de mesures permettant d’améliorer les conditions d’exercice des directrices et directeurs d’école afin de construire les évolutions fonctionnelles et structurelles du XXIe siècle.
Le SE-Unsa s’engage pleinement dans les discussions pour porter ses propositions sur plusieurs sujets :

Conditions d’exercice
L’exercice des missions des directrices et directeurs d’école doit être facilité grâce à :
  • une aide administrative formée et pérenne pour toutes les écoles ;
  • une formation continue régulière hors temps de décharge (sauf pour les directrices et directeurs complètement déchargés) ;
  • des animations pédagogiques spécifiques à la direction dans le cadre des 18 heures de formation ;
  • des réunions de directrices et directeurs sur le temps de classe ;
  • la mise en œuvre effective des comités de suivis départementaux avec des réunions régulières ;
  • un référent juridique et guide pratique, administratif et juridique actualisé ;
  • l’amélioration du régime de décharge pour tous.

Rémunération
Les directeurs d’école doivent être mieux reconnus financièrement par :

  • une augmentation de la BI ;
  • la création d’un groupe supplémentaire 15 classes et plus pour la BI ;
  • la création d’un groupe 4-9 classes pour la BI ;
  • une ISS de 250 euros minimum mensuels.
Décharge d’enseignement
Le régime de décharges doit être aligné sur celui des écoles maternelles.
Il faut un temps supplémentaire de décharge pour les directeurs exerçant en éducation prioritaire et ceux qui exercent dans une école comprenant une Ulis école, une Unité pédagogique pour élèves allophones arrivants (UPE2A ) ou une Clex (classe externalisée).
Le régime amélioré de décharge pourrait prévoir un groupe intermédiaire de 7 à 10 classes, entre la demi-décharge et la décharge totale, où les directeurs d’école, complètement déchargés de la responsabilité d’une classe, conservent une mission d’enseignement, sur le principe d’un maître supplémentaire dans l’école.
 

Fonctionnement de l’école
Pour le SE-Unsa, la structuration de l’école doit évoluer pour la réussite des élèves et la sérénité des équipes pédagogiques. Face à l’absence de statut juridique de l’école primaire, il faut construire un statut d’établissement spécifique à l’école primaire. Les responsabilités seraient ainsi identifiées.
Le SE-Unsa souhaite la création d’une fonction de directeur d’établissement public d’enseignement : l’enseignant des écoles, directeur de cet établissement et déchargé totalement, serait alors un interlocuteur institutionnellement reconnu.
Cette transformation de l’école au statut non-identifié vers un établissement public d’enseignement ne peut se faire de façon uniforme et à marche forcée. L’expérimentation sur la base du volontariat conjoint des collectivités et des équipes est nécessaire.

Pour amplifier cette action et faire porter la voix des directrices et directeurs, le SE-Unsa a besoin de vous.
 
S'inscrire à la Lettre du SE-Unsa

Navigation