Grenelle de l’Education nationale : intention entendue, concrétisation attendue

| popularité : 1%
Annoncé en août 2020 pour un aboutissement en février 2021, le Grenelle de l’éducation a été ouvert jeudi 22 octobre par le ministre Jean-Michel Blanquer. Cette date prévue à l’avance donne une dimension particulièrement importante à cette démarche au lendemain de l’hommage national au professeur victime du terrorisme.
 
 
L’intention du ministre est celle d’une reconnaissance publique par l’employeur mais aussi par toute la société des enjeux reposant chaque jour sur les épaules des personnels de l’Éducation nationale.
Le Grenelle de l’éducation est sous-tendu par trois mots clés : reconnaissance, coopération et ouverture.
La méthode est celle d’une succession de temps d’échanges et de réflexions. Les travaux réalisés avec les organisations syndicales au sein de l’agenda social devront nourrir ces temps.
Une seconde partie imaginée sous forme d’ateliers invitera la société civile (parents, élèves, élus…) à parler de l’École et des métiers qui la font vivre. 
Enfin, le ministre envisage de nourrir la réflexion autour de deux temps forts : les états généraux du numérique et un colloque sur le professeur du XXIe siècle.
 
Un nouvel axe a été ajouté compte tenu du contexte autour de la protection des personnels et de la promotion des valeurs de la République.
 
 
L’avis du SE-Unsa
 
Le SE-Unsa partage l’ambition affichée du Grenelle qui veut replacer l’École et ses personnels au centre de notre société. Il sera très attentif à ce qu’elle soit bien à la hauteur des objectifs qui lui ont été fixés et sache soutenir les besoins et attentes fortes des personnels. Pour le SE-Unsa, les travaux à venir ne doivent pas servir à donner l’illusion d’un consensus là où il n’y en aurait pas. Le SE-Unsa suivra et participera à ces travaux qui ne devront pas se substituer à ceux de l’agenda social qui doit rester le lieu du dialogue social. Le lancement du Grenelle confirme le projet d’une loi de programmation pour l’école. C’est une bonne nouvelle budgétaire car c’est une nécessité pour rattraper le retard accumulé.
 
Parce que les personnels de l’École sont au cœur du réacteur tout autant qu’ils ont à cœur de faire réussir tous les élèves, pour le SE-Unsa, les reconnaître, les respecter et les protéger, c’est respecter et protéger l’Ecole, c’est respecter et protéger la Société.
Porter atteinte à ces personnels comme aux valeurs qui sous-tendent leur engagement, c’est porter atteinte à l’École publique, à la République.
À ce titre, le SE-Unsa approuve une démarche, qui veut mettre en lumière la complexité, l’ampleur et le sens profond d’un métier aussi exposé que méconnu.
 
De la même façon qu’il avait demandé que le Grenelle initialement nommé « des profs » devienne le Grenelle de l’éducation, le SE-Unsa défend une profession diversifiée et réunie pour ne pas réduire ni nier la réalité et la diversité de l’École.
Apprécier cette complexité de l’École, identifier cette indispensable complémentarité des métiers, c’est avant tout reconnaître la hauteur des enjeux.
 
Voilà de très longs mois que la profession attend des réponses concrètes à ses besoins et ses attentes. Être revalorisés financièrement doit quitter le statut de mythe. Être considéré comme un professionnel à part entière par une gestion humaine de ressources prenant en compte l’ensemble des dimensions dont l’accompagnement professionnel et l’accompagnement RH de proximité doit prendre corps. Avoir la garantie d’une protection de sa santé et sa sécurité doivent être des droits effectifs.
 
Si la volonté d’impliquer toute la société dans cette reconnaissance de l’école est pour le SE-Unsa tout à fait essentielle, la méthode ne pourra s’en tenir aux seuls échanges d’ateliers quelle que soit la qualité de ces derniers. Les personnels devront y être associés au risque de débattre en dehors de la réalité du métier et le temps des débats devra se poursuivre plus longuement et au plus près des territoires au risque de ne jamais permettre à qui que ce soit de percevoir, comprendre et partager les enjeux de l’École.