Indemnité de sujétions particulières : une augmentation encore insuffisante

| popularité : 1%

Un texte réglementaire a été présenté au Comité technique ministériel pour porter l’indemnité de sujétions particulières (ISP) des professeurs documentalistes à hauteur de 1 000 € bruts. Le SE-Unsa salue l’augmentation de cette indemnité et continue à revendiquer l’égalité de traitement entre les professeurs documentalistes et les autres certifiés. 

 
Historique
 
En décembre 2020, la création d’une prime informatique allouée à tous les enseignants, suite à la crise sanitaire, pour financer leur équipement informatique, avait fait débat, dans la mesure où elle excluait les CPE et les professeurs documentalistes. Le SE-Unsa avait dénoncé cette mise à l’écart.
>> lire notre article : Le-SE-Unsa-soutient-les-professeur-es-documentaliste
 
Le SE-Unsa avait relayé la pétition soutenue par l’Association des professeurs documentalistes de l’Éducation nationale. Il s’était inscrit dans une démarche collective avec d’autres organisations syndicales pour mettre en avant dans les débats le sujet de l’égalité de traitement des professeurs documentalistes avec les autres enseignants.
 
Le SE-Unsa s’investit depuis des années pour revendiquer l’augmentation de l’ISP à hauteur de l’indemnité de suivi et d’orientation des élèves (Isoe, part fixe : 1 213,56 €/an). Après le lancement d’une pétition en 2016, un rendez-vous avec le cabinet du ministre en mars 2017, nous avons une nouvelle fois porté cette revendication lors de la concertation sur la revalorisation des rémunérations des enseignants, fin 2019. Une première avancée avait certes été obtenue en 2018 avec une première augmentation mais elle n’alignait pas l’ISP avec l’Isoe.
>> lire notre article : Revalorisation-de-l-ISP-des-professeurs-documentalistes-une-bonne-nouvelle-mais
 
 
Une bonne nouvelle, mais…
 
Si cette nouvelle augmentation, qui prendra effet en mars, est une bonne nouvelle, elle ne règle toutefois pas une iniquité qui perdure et que nous dénonçons : la rémunération moyenne des professeurs documentalistes est inférieure à celle des collègues des autres disciplines.
 
En effet, ils sont moins bien rémunérés pour le dispositif devoirs faits, ils ne peuvent pas percevoir d’heures supplémentaires, leur indemnité reste encore inférieure à l’Isoe et il n’existe pas d’agrégation dans leur discipline qui leur permettrait de bénéficier des mêmes perspectives que leurs collègues. 
 
 
Le SE-Unsa poursuit sa demande d’une égalité de traitement entre les professeurs documentalistes et les autres certifiés. Nous porterons prochainement à nouveau cette revendication salariale lors des débats consécutifs au Grenelle annoncé par le ministère.
S'inscrire à la Lettre du SE-Unsa

Navigation