Le Compte personnel de formation dans la Fonction publique

| popularité : 1%

Le Droit individuel à la formation (DIF) a été remplacé par le Compte personnel de formation (CPF) depuis le 1er janvier 2017. C’est une composante du Compte personnel d’activité (CPA)
 
Il concerne les agents titulaires, stagiaires ou contractuels.
Il permet de cumuler jusqu’à 25 heures de formation par an, dans la limite de 150 heures. Lorsque la formation est dispensée pendant le temps de service, ces heures s’imputent sur le temps de travail.
Si la formation a lieu en dehors du temps de service, l’agent bénéficie de la législation en matière d’accidents du travail et de maladies professionnelles. En revanche, ce temps n’entre pas dans le calcul des droits à pension.
 
Les agents publics qui occupent un emploi de niveau équivalent à la catégorie C et qui ne possèdent pas un diplôme ou titre professionnel enregistré et classé au niveau 3 du répertoire national des certifications professionnelles (CAP, BEP) bénéficient, s’ils l’ont déclaré lors de l’activation de leur compte, d’une alimentation majorée des droits au titre du CPF. Ils cumulent 50 heures par an, dans la limite d’un plafond de 400 heures.
 
Les agents menacés d’inaptitude à leurs fonctions bénéficient de droits complémentaires fixés en fonction du projet d’évolution professionnelle dans la limite de 150 heures supplémentaires sur présentation d’un avis du médecin de prévention.
L’agent bénéficie de la prise en charge des frais pédagogiques et des frais de déplacements sous conditions.

Pour en bénéficier, l’agent doit solliciter l’accord écrit de son administration sur la nature, le calendrier et le financement de la formation souhaitée. Il peut bénéficier d’un accompagnement personnalisé afin d’élaborer son projet professionnel.
 
Le refus de l’administration doit être motivé et est susceptible de recours devant les instances paritaires.
 
Lorsque la durée de la formation est supérieure au crédit d’heures annuel, l’agent peut, avec l’accord de son employeur, utiliser des droits non encore acquis dans la limite des deux années civiles suivant l’année concernée par sa demande.
 
Les droits acquis peuvent être utilisés tout au long du parcours professionnel de la personne y compris en cas de mobilité public/privé.
 
L’utilisation du CPF « porte sur toute action de formation, hors celles relatives à l’adaptation aux fonctions exercées, ayant pour objet l’acquisition d’un diplôme, d’un titre, d’un certificat de qualification professionnelle ou le développement des compétences nécessaires à la mise en œuvre du projet d’évolution professionnelle. »
 
L’ordonnance du 19 janvier 2017 a prévu que les droits acquis par les agents au titre du DIF au 31 décembre 2016 soient intégrés au CPF.