Le ressenti des élèves questionné sans l’apport de la psychologie

| popularité : 1%
Les évaluations nationales CP, CE1, 6e et 2de comprennent cette année un questionnaire relatif au ressenti des élèves par rapport au confinement. La Depp (Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance) estime que ces questions ont un lien avec l’action pédagogique des enseignants…
 
Le SE-Unsa a déjà dénoncé ce questionnaire (lire notre article) du point de vue éthique et déontologique et questionné l’usage qui pourrait être fait des réponses.
Des questions de cette nature devraient a minima faire l’objet d’une demande d’accord des familles, dûment informées du contenu de ces questions. Dans un document d’information aux parents (disponible sur Éduscol) la Depp indique qu’elles sont facultatives, mais cette mention ne figure pas dans le livret de l’enseignant.
 
Par ailleurs, ces questions, qui portent sur l’intimité des enfants/adolescents et la vie dans leur famille, peuvent les mettre en difficulté, pris dans un conflit de loyauté vis-à-vis de celle-ci. Les réponses peuvent également émouvoir les enseignants qui ne sont pas nécessairement armés pour recueillir les affects de leurs élèves. Si de telles questions peuvent avoir un sens dans un entretien individuel entre un enfant/adolescent et un psychologue, elles n’en ont pas dans ce contexte d’évaluation pédagogique.
Pourtant, les PsyEN n’ont pas été associés à la moindre réflexion concernant le ressenti des élèves durant la période de confinement…
 
Le SE-Unsa soutiendra et accompagnera les enseignants qui refuseront de proposer cette partie des évaluations sur le ressenti des élèves. Il rappelle également la nécessité de mieux reconnaître les apports de la psychologie et les compétences des psychologues de l’Éducation nationale au service des enfants et des adolescents.