Les éco-délégués : oui mais comment ?

| popularité : 1%
La mesure consistant à élire des éco-délégués dans chaque établissement est sans doute utile et nécessaire.
Cependant, elle va s’organiser de façon différente sur le territoire et sans moyens ni formation supplémentaires.
 
Dans son dossier de presse de rentrée, le ministre déclarait que « notre Nation a besoin d’une École de la République qui réussisse ». Pour cette raison, l’École doit pleinement assumer les défis de notre époque : celui de l’égalité des chances, celui du bien-être au travail des personnels et le défi environnemental.
Au départ le ministre laissait entendre l’élection d’un éco-délégué par classe. La circulaire parue fin août revoit cette ambition à la baisse. Un binôme paritaire d’éco-délégués sera élu parmi les élus du Conseil de la vie lycéenne ou du Conseil de la vie collégienne. Les établissements sont donc «incités » à organiser une élection dans chaque classe. Quelles seront les missions de l’éco-délégué ? Promouvoir les comportements respectueux de l’environnement dans sa classe (extinction des lumières, tri des déchets etc.) et proposer toute initiative de nature à contribuer à la protection de l’environnement dans son établissement.
 
L’avis du SE-Unsa
Rien de vraiment nouveau. Il y a quatre ans, il était déjà question de désigner un éco-délégué par classe ou au moins un par niveau scolaire. Une mesure partiellement mise en œuvre.
Élire un éco-délégué par classe est une excellente idée. Mais comme d’habitude, aucune formation n’est prévue pour eux. Le risque est de cantonner des élèves au tri des déchets dans sa classe. De plus, les enseignants et les CPE n’ont pas été formés.
 
Lire aussi :