Les profs documentalistes : ne pas les oublier dans la réforme des retraites

| popularité : 1%
La réforme des retraites fait débat dans le monde de l’éducation, et bien au-delà, et les récentes annonces du Premier ministre ne sont pas faites pour nous rassurer.
Le SE-Unsa revendique le maintien du niveau des pensions des enseignants et une revalorisation qui reconnaisse enfin les métiers de l’éducation. Les professeurs documentalistes ne doivent pas être oubliés !
 
Indemnités, heures supplémentaires, des inégalités à corriger
 
En effet, les professeurs documentalistes souffrent d’une inégalité de traitement flagrante par rapport aux autres enseignants : pas de prime, pas d’heures supplémentaires et une indemnité de sujétion particulière inférieure de près de 60% à la part fixe de l’Isoe touchée par l’ensemble des autres enseignants (cf. notre article profs docs et indemnités).
Ajoutons à cela que 45,97 % des professeurs documentalistes ont moins de 45 ans. Or, tous ceux nés après 1975 sont concernés par la réforme des retraites. Par ailleurs, la profession est très largement féminine avec 86,1% de femmes professeures documentalistes, aux carrières plus souvent morcelées que celles des hommes.
 
Les professeurs documentalistes ne doivent pas être les perdants de cette réforme des retraites.
Le SE-Unsa va faire entendre ce message auprès du ministère de l’Éducation nationale. Cet «oubli» des professeurs documentalistes ne peut se reproduire à chaque occasion. Comment le ministre peut-il, par exemple, «oublier» les professeurs documentalistes lorsqu’il adresse son courrier sur la réforme à tous les enseignants?
 
 
Égalité de traitement avec les autres professeurs certifiés
 
Le SE-Unsa revendique la même rémunération pour tous les certifiés, y compris les professeurs documentalistes.
Comme tous les autres certifiés, les professeurs documentalistes doivent pouvoir bénéficier d’heures supplémentaires quand un décompte sur le temps de service ne peut pas être mis en place (retrouvez la pétition du SE-Unsa pour le décompte des heures d’enseignement).
Les professeurs documentalistes doivent pouvoir bénéficier des pondérations, comme tous les enseignants, en cas de service partagé, de service en éducation prioritaire, et des mêmes indemnités que les autres enseignants dans le cadre du dispositif Devoirs faits.
 
Les dotations des établissements en indemnités pour missions particulières (IMP) doivent être suffisantes pour reconnaître l’investissement des professeurs documentalistes (coordination de parcours, référents culturels ou numériques). Nous l’avons revendiqué à maintes reprises (voir notre article). Enfin, le SE-Unsa revendique la revalorisation de l’indemnité de sujétion particulière des professeurs documentalistes (767,10 €) à hauteur de l'ISOE part fixe (1 213,60 €).
 
Le SE-Unsa donne rendez-vous à tous les professeurs documentalistes le 17 décembre, pour manifester ensemble contre une réforme des retraites inique !
Plus d’informations dans notre article https://enseignants.se-unsa.org/Revalo-retraites-en-greve-le-17-decembre
 
S'inscrire à la Lettre du SE-Unsa

Navigation