Mobilité professionnelle et enseignement supérieur : le droit au congé de formation

| popularité : 3%

Chaque année, plusieurs milliers d’enseignants demandent à bénéficier d’un congé de formation professionnelle pour suivre des études ou préparer un concours.
 
Selon les académies, le nombre de demandes consécutives pour l’obtenir est, chaque année, plus ou moins élevé. Le SE-Unsa revendique que le congé de formation pour les enseignants qui souhaitent poursuivre des études soit facilité, et notamment pour ceux qui préparent une thèse afin de favoriser la mobilité professionnelle, notamment vers l’enseignement supérieur.
 
Pour les agrégés, la spécificité du corps prend tout son sens dans l’esprit de la réforme du lycée avec le développement voulu du continuum bac-3/bac+3. Pour le SE-Unsa, cette réforme était l’occasion de positionner les enseignants agrégés qui le souhaitaient, et particulièrement ceux possédant un doctorat, sur des services partagés entre enseignement supérieur, post-bac et/ou lycée. Pari perdu puisque sur cette question, il n’y a pas de différence entre l’avant et l’après réforme.
 
Le SE-Unsa reste mobilisé sur ces questions et revendique l’augmentation des moyens alloués aux congés de formation professionnelle, notamment pour faciliter la poursuite d’études et la mobilité professionnelle. Trop souvent, l’attribution de ces moyens reste limitée à la seule préparation à des concours.
 
S'inscrire à la Lettre du SE-Unsa

Navigation