Quel regard les enseignants portent-ils sur leur vie professionnelle ?

| popularité : 1%
La Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp) a publié récemment une note d’information intitulée « Perception de la profession et articulation avec la vie familiale chez les enseignants ». 
Le SE-Unsa vous propose de revenir sur les principaux enseignements de cette étude.
 
 
En 2013, une première étude sur les conditions de travail montrait que les enseignants étaient plus exposés que les cadres à certains risques psychosociaux comme l’exigence émotionnelle, le manque de soutien hiérarchique et entre collègues. Une étude de 2016 la complète avec la perception qu’ont les enseignants de leur profession, et l’articulation de celle-ci avec leur vie personnelle.
 
 
Les enseignants se sentent mal payés
 
Si les enseignants se déclarent autant satisfaits que les autres cadres et professions intermédiaires, ils se sentent plus souvent mal payés. 
C’est particulièrement le cas dans le 1er degré où 55 % des enseignants se déclarent mal payés. 
 
 
Les horaires de travail sont plus étendus
 
Les enseignants sont plus souvent amenés à travailler habituellement le week-end et le soir que les autres cadres et professions intermédiaires, et sont plus nombreux à emporter du travail chez eux tous les jours ou presque (84 % pour les enseignants contre 9 % pour les autres). Les enseignants du 1er degré sont plus nombreux à indiquer qu’ils travaillent tous les jours au-delà de l’horaire prévu (38 % contre 14 % pour les enseignants du 2d degré et 13 % pour les autres cadres et professions intermédiaires) et que leurs conjoints se plaignent toujours ou souvent de leur indisponibilité (respectivement 22 %, 17 %, et 15%). 
Néanmoins, les enseignants considèrent également que leurs horaires de travail s’accordent bien ou très bien avec leurs engagements familiaux.
 
 
Les enseignants sont plus exposés à la charge mentale et au présentéisme
 
Comparée à celle des autres cadres et professions intermédiaires, la vie professionnelle des enseignants empiète plus souvent sur leur vie personnelle. Environ 80 % des enseignants pensent toujours ou souvent à leur travail quand ils n’y sont pas (moins de 50 % chez les autres cadres et professions intermédiaires). Ils sont plus souvent exposés au présentéisme : 60 % des enseignants se sont rendus au travail alors qu’ils étaient malades. Les enseignants déclarent plus souvent souffrir de troubles du sommeil. 
Heureusement, ils perçoivent leur travail comme plus intéressant et plus utile que les autres professions.
 
 
L’avis du SE-Unsa
 
La satisfaction du travail accompli est essentielle pour s’épanouir dans son environnement professionnel. 
Il est cependant indispensable que les enseignants, qui pensent d’abord aux autres, et en particulier à leurs élèves, pensent également à leur santé. Leur investissement professionnel ne doit pas se faire au détriment de leur bien-être.
 
Retrouver l’étude de la Depp sur le site du ministère :