Recrutements : le SE-Unsa et le nouveau concours

| popularité : 1%
À l’aune de la future réforme de la formation, la question du recrutement des enseignants, personnels d'éducation et PsyEN est plus que jamais de mise. Si le SE-Unsa a rappelé qu’il était attaché au recrutement par concours, pour nous, il faut qu’il s’accompagne de changements.
 
 
Les candidats
 
L’Institut international de planification de l’Éducation a montré que plus une personne possède de diplôme élevé, plus ses aspirations professionnelles sont importantes. Aussi, les titulaires d’un diplôme universitaire n’aspirent plus nécessairement à être professeurs.  
Dans les pays nordiques souvent cités comme étant sur la première marche du podium au classement de l’OCDE en matière de performances éducatives, le recrutement se fait dès le secondaire par un processus de sélection draconien. Les candidats y sont nombreux et la profession est attractive.
 
Fort de ce constat, pour le SE-Unsa, c’est bien le volet de la revalorisation de notre métier qu’il faudra actionner afin de permettre d’attirer un nombre de candidats plus importants. Il faut que le métier soit choisi et non pas subi.
 
 
La formation
 
Chez nos voisins allemands, depuis 2009, les étudiants souhaitant être professeurs, effectuent très rapidement dans leur cursus des stages en situation afin de se confronter à la réalité du métier. Ils ont également le droit à un entretien visant à mettre en parallèle ce qu’ils avaient imaginé avec ce qu’ils vivent au quotidien.
 
Pour notre syndicat, les initiatives de ce type doivent être développées et favorisées. C’est en ce sens que nous soutenons le dispositif de préprofessionnalisation et que nous appuyons les expériences de pratique professionnelle en contexte dans le cadre de la future refonte du master MEEF.
 
De plus, les passerelles doivent être plus nombreuses si les étudiants découvrent au fur et à mesure de leur formation qu’ils se sont trompés de voie.
 
Leur parcours doit également être placé sous le signe de la diversité. Le SE-Unsa soutient et défend l’idée que des modules ayant trait à la psychologie de l’enfant et de l’adolescent, à l’évolution de la pédagogie et de la didactique ou encore à l’éthique doivent être suivis par tous les futurs entrants dans le métier.
 
 
Les épreuves
 
Être un technicien dans sa discipline, c’est bien MAIS avoir une haute capacité à transmette c’est mieux. Le rapport de l’Institut international de planification de l’Éducation a montré qu’il n’y a pas de lien automatique entre l’élévation du niveau académique des enseignants et les acquis des élèves.
 
Bien que, pour le SE-Unsa, il apparaît important d’avoir une solide base de savoirs disciplinaires, le futur concours doit faire la part belle à la didactique et au pédagogique, à l’écrit et à l’oral. Il est essentiel pour notre syndicat que les futurs candidats se projettent dans le métier.
 
 
L’Éducation nationale a besoin de personnels motivés et attirés par le métier en amont. Sans cela, toutes les politiques de qualifications et de recrutements des enseignants auront peu de chances de se montrer efficientes pour les élèves.
 
S'inscrire à la Lettre du SE-Unsa

Navigation