Rémunérations : une hirondelle est une hirondelle

| popularité : 2%
De février à mai, des mesures apportent ou apporteront des euros supplémentaires aux feuilles de paye de plusieurs catégories de personnels de l’Éducation nationale. Le plus souvent, elles restent réduites et ne font pas la revalorisation tant attendue. Néanmoins, si une hirondelle ne fait pas le printemps, chacune doit être considérée pour ce qu’elle est.
Prime informatique, prime d’attractivité, revalorisation des indemnités direction d’école, CPE, professeurs documentalistes, le SE-Unsa fait le point.
 
Prime informatique
 
D’un montant annuel de 150 € nets, elle a été versée sur le salaire de février.
 
Ses défauts :
  • son montant insuffisant ;
  • l’exclusion des CPE, professeurs documentalistes et certains enseignants (conseillers pédagogiques, enseignants référents, ERUN, éducateurs en Eréa, collègues exerçant au CNED ou à Canopé,…).
Ses qualités :
  • elle reconnaît enfin l’investissement financier des enseignants et PsyEN pour un équipement nécessaire à leur travail ;
  • elle concerne les fonctionnaires titulaires et stagiaires, ainsi qu’une grande partie des contractuels ;
  • elle n’est pas proratisée à la quotité de travail ;
  • elle est « soclée », c’est-à-dire qu’elle est instaurée pour cette année et les suivantes.
 
Prime d’attractivité
 
Son montant :
  • de 1400 € annuels bruts au 2e échelon à 500 € annuels bruts au 7e échelon pour les fonctionnaires
  • de 800€ annuels bruts pour les indices inférieurs ou égal à 408 à 400€ annuels bruts pour un indice compris entre 502 et 591 pour les contractuels.
Elle sera versée mensuellement à compter à compter de la paye de mai.
 
Ses défauts :
  • elle est une indemnité et non une reconstruction des grilles par l’ajout de points d’indice ;
  • elle ne concerne pas les stagiaires.
  • elle ne débute pas au 1er janvier 2021 ;
  • cette seule prime ne peut faire la revalorisation promise et attendue.
Ses qualités :
  • elle concerne fonctionnaires et contractuels ;
  • elle est bien « soclée » également.
 
Revalorisation de l’Indemnité de sujétion spéciale direction d’école
 
L’augmentation, d’un montant de 450 € bruts annuels, elle sera versée à compter de mars ou avril avec effet rétroactif au 1er janvier.
 
Son défaut :
  • le montant insuffisant de l’enveloppe globale pour revaloriser significativement toutes les directions et créer un nouveau groupe pour les écoles au nombre de classes très important.
Ses qualités :
  • elle concernera tou·tes les directeurs·trices, y compris les faisant fonction ;
  • elle est « soclée ».
 
Revalorisation indemnité forfaitaire des CPE
 
Portée à un montant de 1450 € euros bruts annuels, elle sera versée à compter du mois d’avril sans effet rétroactif.
 
Son défaut :
  • elle ne débute pas au 1er janvier 2021.
Ses qualités :
  • elle répare l’exclusion de CPE de la prime informatique ;
  • elle est « soclée ».
 
Revalorisation indemnité de sujétions particulières des professeurs documentalistes
 
Portée à 1000 € bruts annuels, elle sera versée à compter du mois de mars sans effet rétroactif.
 
Ses défauts :
  • elle ne débute pas au 1er janvier 2021 ;
  • elle ne compense toujours pas le retard de rémunération des professeurs documentalistes en demeurant inférieure à l’Isoe.
Ses qualités :
  • elle répare l’exclusion des professeurs documentaliste de la prime informatique ;
  • elle est « soclée ».
 
L’avis du SE-Unsa
 
Si elles sont positives, ces mesures ne constituent toujours pas la revalorisation nécessaire.
L’absence d’annonces officielles du ministre plus d’un mois après la fin de son Grenelle des métiers de l’Éducation interroge. Cette absence est-elle une bonne nouvelle ?
Les propositions issues de ce Grenelle sont diverses, et pour nombre d’entre elles, déconnectées des réalités et des besoins de l’École.
L’engagement initial d’une revalorisation de tous les métiers, assortie d’une programmation budgétaire pluriannuelle, semble s’éloigner. Pourtant, cette revalorisation au sein du ministère de l’Éducation nationale est indispensable. Elle doit atteindre tous les corps, tous les personnels, prioritairement les moins rémunérés dont les AESH.
 

C’est l’attractivité de toutes les missions au sein de l’Éducation nationale qui est en berne à un moment où, pourtant, le rôle essentiel de l’École publique confrontée à d’intenses et nombreux défis est mis en évidence chaque jour et la revalorisation des personnels partagée par toute la société.