Tuteurs ou formateur : l’accès à la classe exceptionnelle

| popularité : 1%
La classe exceptionnelle est accessible via deux viviers.
 

Le premier vivier (80% des promus) 


Tous les agents du 3e au 6e échelon de la hors-classe (pour les agrégés, à partir du 2e échelon) et qui justifient de huit années de fonctions accomplies dans des conditions d’exercice difficiles comme l’affectation en éducation prioritaire ou sur des fonctions particulières (directeur d’école ou chargé d’école, DCIO, directeur ou directeur adjoint de Segpa, directeur ou directeur adjoint  départemental ou régional UNSS, conseiller pédagogique, maître formateur, formateur académique, référent auprès d’élèves en situation de handicap, affectation dans un établissement de l’enseignement supérieur (université, CPGE uniquement).

La fonction de tuteur de stagiaire fait partie des fonctions particulières depuis 2019. Toutefois, seul le tutorat des stagiaires lauréats de concours est reconnu. Le suivi de stagiaire M1 ou M2 en Stage d’observation ou de pratique accompagnée (SOPA) n’est pas pris en compte au titre des huit années de fonctions particulières.
 

Les fonctions peuvent avoir été accomplies de façon continue ou pas et sur une ou plusieurs fonctions. Ainsi, un enseignant, CPE ou PsyEN peut avoir exercé  des fonctions de tuteur ou de formateur de façon discontinue, mais s’il a cumulé huit années, il pourra prétendre à la classe exceptionnelle, au titre du vivier 1, sous réserve d’être au moins au 3ème échelon de la hors-classe. 
 
 

Le second vivier (20% des promus)
 

Tous les personnels ayant atteint le 6e échelon de la hors-classe (pour les agrégés, à partir de trois années passées dans le 4e échelon de la hors-classe).
 

Le SE-Unsa a demandé et obtenu un groupe de travail sur le tutorat en général. Ce sera l’occasion de demander que soit rééxaminé le cas de tous les types de tuteurs dans le cadre de l’accès à la classe exceptionnelle au titre du vivier 1.
S'inscrire à la Lettre du SE-Unsa

Navigation