Voie professionnelle : modifications en vue

| popularité : 1%
En cette période trouble, la crédibilité des diplômes de la voie professionnelle est en jeu.
D’une part, nos élèves doivent être préparés le mieux possible pour entrer dans la vie active ou pour poursuivre leurs études.
D’autre part, les enseignants doivent pouvoir exercer leur métier dans les meilleures conditions.
C’est tout l’enjeu des modifications à venir…
 
 
PFMP : vigilance à tous les étages
 
Les projets de décret confirment bien que le seuil minimal de semaines de PFMP sera de 10 semaines pour les élèves de bac pro et de 5 semaines pour les élèves de CAP. Toutefois certains élèves risquent de ne pas atteindre ce seuil.
 
Les pistes étudiées nationalement n’ont pas été retenues par le ministère (voir notre article). Ce sont donc les rectorats qui devront trouver des solutions adaptées pour que chaque élève puisse atteindre ce seuil minimal.
Une des solutions peut être le fractionnement des PFMP pendant cette période sanitaire. Mais en aucun cas cette modalité ne doit devenir une solution automatique à l’avenir. Ce fractionnement serait lié uniquement au fonctionnement perturbé des entreprises.
 
L’avis du SE-Unsa
Le pari d’atteindre les seuils fixés pour certaines spécialités (secteurs de l’hôtellerie-restauration, du commerce et du service à la personne notamment) est audacieux et les dérives possibles. Pour autant il est nécessaire pour tous nos élèves de bénéficier de l’intégralité de leur formation.
 
 
Programmes et épreuves ponctuelles : aménagements en attente
 
Un tableau récapitulatif reprenant les modalités et les formats des futures épreuves de terminale, afin que les enseignants et les élèves sachent comment ils devront ou seront interrogés devrait rapidement être publié.
 
L’avis du SE-Unsa
Le SE-Unsa demande :
  • une adaptation des sujets pour répondre à toutes les difficultés de progressions pédagogiques que pourraient rencontrer les enseignants et les élèves,
  • que les corps d’inspection produisent des documents d’accompagnement sur les sujets qui seront proposés aux examens.
 
Une certification SST (sauveteur secouriste du travail) décalée
 
La situation actuelle impose des gestes barrières qui ne peuvent pas être respectés pour une partie de la formation. De ce fait, les points afférents à la situation d’évaluation pratique et orale des gestes de secours sont neutralisés. Si la situation le permet, il sera permis de former les élèves jusqu’au 3 juillet voire jusqu’au 31 octobre comme lors de la session 2020.
 
L’avis du SE-Unsa
La difficulté d’une mise en place décalée de cette certification est réelle. À ce jour, c’est toutefois la seule solution pour que nos élèves soient certifiés.
 
 
La situation sanitaire actuelle impose de profondes modifications.
Des efforts doivent être fait par chacun (élèves, enseignants, corps d’inspection, entreprises) pour que les diplômes de la voie professionnelle restent crédibles et que nos élèves soient armés pour leur entrée dans la vie active ou dans la poursuite de leurs études.
S'inscrire à la Lettre du SE-Unsa

Navigation