Évaluations nationales 2022/2023 : la surcharge de travail doit être compensée

| popularité : 3%
Évaluer fait partie des missions des professeurs des écoles. Mais la saisie des réponses aux évaluations nationales CP et CE1 (et de certains élèves de CM1) implique une surcharge de travail que le ministère doit reconnaître et compenser. Le SE-Unsa demande une décharge horaire pour cette saisie pour tous les enseignants concernés.
 
Les évaluations nationales de français et mathématiques sont reconduites en début de CP, mi-CP et début de CE1. Tous les professeurs de CP et de CE1 ont l’obligation d’assurer leur passation :
  • entre le lundi 12 et le vendredi 23 septembre 2022 pour les évaluations Repères de début CP et début CE1 ;
  • entre le lundi 16 et le vendredi 27 janvier 2023 pour les évaluations Repères de mi-CP.
S’agissant d’évaluations en début de CM1, une expérimentation a été annoncée par la circulaire de rentrée, mais sans précision sur le calendrier et le nombre de classes concernées.
 
Si la publication d’une circulaire rend ces évaluations nationales obligatoires, leur utilité en début d’année ne convainc pas forcément les enseignants. Dans tous les cas, passation et saisie des réponses alourdissent encore le début d’année déjà chargé de la mise en route collective de la classe et des accompagnements individuels à chaque fois que nécessaire. 
 
Le SE-Unsa a donc écrit au ministre pour lui demander d’annoncer dès à présent que du temps sera dégagé pour tous les enseignants concernés par la saisie des réponses des élèves.
De plus, le SE-Unsa a demandé que cette compensation horaire soit doublée pour les enseignants concernés par la saisie des réponses des élèves de CP, puisque les évaluations auront lieu à deux reprises dans ce niveau, et qu’elle soit également accordée aux enseignants faisant passer les évaluations des acquis des élèves aux CM1 à titre préparatoire (d’après la circulaire de rentrée 2022).