Réforme voie pro : la grève en ultime recours

| popularité : 2%
Dès 2022, le SE-Unsa a dit qu’il ne souhaitait pas la réforme envisagée par le candidat Macron. La priorité du SE-Unsa était de faire un bilan de la réforme précédente (TVP) dont certains dispositifs sont décriés par les enseignants*.
 
 
Un temps de négociation
 
Lors de la première rencontre du SE-Unsa avec le cabinet de la ministre Grandjean en octobre 2022, la négociation avait été annoncée comme méthode de travail. 
 
Tout en réaffirmant son opposition à une nouvelle réforme de la voie professionnelle, le SE-Unsa a participé aux discussions puis aux négociations. Il a ainsi obtenu de nombreux reculs sur les mesures défavorables aux personnels et aux élèves, sur une réforme souvent écrite par des personnes « déconnectées » du quotidien des lycées professionnels.
 
Jusqu’au dernier moment, le SE-Unsa a été force de proposition pour faire disparaitre les effets néfastes de cette réforme sur l’organisation de l’année de terminale et sur les grilles horaires. 
 
 
Un temps de résultats du travail du SE-Unsa
 
Le SE-Unsa a obtenu : 
 
  • l’organisation des 6 semaines des PFMP reste à la main des équipes pédagogiques
  • les épreuves ponctuelles du bac reculent de mars à mai
  • le chef-d’œuvre est supprimé. Un oral de projet permet plus de souplesse et d’intégrer les projets dans les référentiels professionnels
  • le dispositif de co-intervention est supprimé en terminale et il est diminué en seconde et en première au bénéfice de l’enseignement professionnel et de la mise en place des effectifs réduits en mathématiques et en français
  • tous les élèves de terminale devraient avoir au moins autant d’heures d’enseignement général en 22 semaines qu’en 26 semaines 
  • la dénomination du terme PFMP est maintenue pour les 6 semaines de périodes en entreprise pour les élèves en insertion professionnelle et garantit donc que le suivi de ces élèves rentre dans les ORS des enseignants
  • une grille horaire hebdomadaire pour organiser les cours de poursuite d’étude en fin d’année sera publiée
 
Une dernière ligne droite décisive
 
Lors d’ultimes discussions en début de semaine, le SE-Unsa a « arraché » quelques avancées supplémentaires cependant sans engagements écrits de la part de la ministre.
 
 
Une mobilisation en vue de plus de garanties
 
Aujourd’hui, des points importants n’ont pas trouvé de solutions acceptables pour la profession (le maintien des horaires hebdomadaires des cours des élèves en seconde et en première, la suppression totale de la co-intervention, des moyens de DHG conséquents pour financer les heures à effectifs réduits en maths et en français en augmentant significativement le volume complémentaire). 
 
Par ailleurs, l’absence de garanties sur des points majeurs inquiète le SE-Unsa.
 
 
Aussi, le SE-Unsa appelle les enseignants de lycée professionnel à se mobiliser le 12 décembre pour faire infléchir le ministère sur les points qui restent bloquants.
Le SE-Unsa restera, comme il l’est depuis le début, un interlocuteur constructif et défenseur des personnels et des élèves.