Postes aux concours de l’Éducation nationale : des chiffres en demi-teinte

| popularité : 2%
Le nombre de postes offerts aux concours de l’Éducation nationale a été publié au Journal officiel du 14 décembre.
 
Le concours de professeurs des écoles (CRPE) reste stable par rapport à l’an dernier, avec 9885 postes. De même, le nombre de postes offerts aux concours de CPE et PsyEN ne diminue pas. En revanche, il baisse de 81 postes pour le Capes et passe à 5122 postes. Ce sont les concours de la voie professionnelle qui paient le plus lourd tribut avec une baisse de 183 postes, chutant à 1187 postes proposés. Le Capet externe voit son nombre de postes global baisser, mais le nombre de postes au Capet interne augmente. Pour le Capeps, le nombre de postes au concours externe est en augmentation et passe de 670 postes en 2023 à 684 postes pour 2024. Quant aux postes offerts à l’agrégation externe et interne, on constate qu’ils sont depuis trois ans en augmentation.
 
Ces chiffres ne doivent toutefois pas cacher les disparités très fortes entre certaines disciplines. En histoire, 67 postes de plus sont proposés (Capes externe, interne et agrégation externe). En philosophie, le nombre de postes au Capes externe augmente de 19 postes. C’est la SVT qui connait proportionnellement la plus forte augmentation avec 54 postes supplémentaires par rapport à l’an dernier (Capes externe, interne, et agrégation externe). 
 
En revanche, trois disciplines font les frais des baisses de postes. Le Capes d’espagnol perd 32 postes. Le Capes d’allemand compte 45 postes de moins que l’an dernier. Enfin, on ne peut que s’étonner de la baisse drastique subie par le Capes de lettres avec 104 postes en moins offerts au concours.
 
L’avis du SE-Unsa
 
Si globalement le nombre de postes offerts aux concours est relativement stable, voire en augmentation pour certains concours ou disciplines, la voie professionnelle, déjà très malmenée par les réformes successives, est de nouveau durement touchée.
Il est inquiétant, pour l’attractivité de nos métiers, de constater que des disciplines connaissent une diminution importante. Ces annonces, alors que le nombre de candidats inscrits aux concours reste inconnu, risquent de rebuter davantage encore les candidats potentiels. La mission Exigence des savoirs lancée par Gabriel Attal a pointé les besoins importants en postes pour mettre en place les groupes de niveaux en français et en mathématiques. Le nombre de postes offerts aux concours dans ces deux disciplines pourrait donc logiquement évoluer.
Reste à savoir si les candidats répondront présents. Le nombre d’absents aux concours l’an dernier et la part de postes offerts mais non pourvus, laisse présager que la crise du recrutement n’est toujours pas réglée.