Rémunération des AESH : le SE-Unsa demande la création d’une indemnité de fonction

| popularité : 20%
Dans le cadre du Grenelle de l’éducation et alors que les premières propositions du ministère ne prévoient aucune revalorisation pour les AESH, le SE-Unsa demande la création d’une indemnité de fonction pour les personnels les moins rémunérés du ministère.
 
Pour le SE-Unsa, il est impensable que les AESH ne soient pas concernés par la première tranche de la revalorisation, alors que ces personnels sont les moins rémunérés de notre ministère avec un salaire moyen de 760 € nets par mois.
 
Lors de la réunion sur les rémunérations qui s’est tenu le 13 octobre dernier, le SE-Unsa a revendiqué la création d’une indemnité de fonction de 50 € par mois pour les AESH. 
 
Dans le cadre du débat budgétaire et des auditions à l’Assemblée nationale, le SE-Unsa a demandé aux parlementaires que 20 millions supplémentaires soient inscrits au budget de l’État pour financer la création de cette prime.
 
Si le budget 2021 prévoit le recrutement de 4 000 équivalents temps plein d’AESH et assoit ainsi la priorité engagée autour de l’École inclusive, le SE-Unsa a rappelé que les AESH sont des acteurs essentiels dont les conditions de rémunération très fragiles.
 
Les AESH ont des préoccupations quotidiennes pour se nourrir, se loger et vivre dignement de leur travail. Alors que notre pays va affronter une crise sociale importante, il est primordial de nous préoccuper de la situation de ces collègues.
 
Pour le SE-Unsa, obtenir la création de cette indemnité est une priorité.